Enfant et Loisirs

Draisienne contre vélo à petites roulettes : le match

Draisienne ou vélo à petites roulettes ?

 

petite pause en draisienne

 

Apologie de la draisienne, ou pourquoi les petites roulettes ne servent à rien !

 

Qui n’a jamais vu son petit bout de chou sur son vélo à roulettes coincé dans un trou et se retrouver à pédaler dans le vide comme un dératé ?

 

Qui n’a jamais vu son petit bout de chou fatigué au bout de 5 minutes car il n’arrive pas à pédaler en montée ?

 

Qui n’a jamais eu mal au dos après avoir couru pendant de longues minutes plié en deux afin d’éviter que sa progéniture ne tombe car on lui avait enlevé les roulettes ?

 

Qui n’a jamais eu d’angoisse en réfléchissant à la dure négociation qu’il ou elle allait devoir endurer pour enlever les petites roulettes ?

 

Eh bien nous par exemple, ainsi que tous les parents ou grands parents qui ont eu la merveilleuse idée d’offrir une draisienne ou un vélo d’apprentissage à leur cher et tendre bambin !!!

En effet, c’est d’expérience que nous nous permettons de vous dire cela : l’apprentissage du vélo tel qu’il est fait depuis des décennies chez nous en France est totalement inapproprié.

 

Actuellement en France, la grande majorité des parents ou grands-parents apprennent aux enfants à faire du vélo de la façon suivante :

 

– D’abord plusieurs années de pédalage (en règle générale de 2 ans à 4 ans) avec un vélo souvent trop grand, encombrant, lourd, mais avec une sonnette et un panier… (un argument imparable…)

 

– Ensuite les premières chutes avec le vélo : celui-ci s’emballe, guidonne, et chavire après un virage un peu rapide et serré.

 

– Puis les premières douleurs au dos à force de pousser en montée, de retenir en descente et de porter pour le retour car votre petit bout ne veut plus entendre parler de vélo au milieu pile du superbe parcours que vous aviez prévu…

 

– Enfin on termine avec une période de recherche d’équilibre avec des frayeurs, des pleurs, des bobos aux genoux, aux coudes et à l’égo, ceci toujours avec le même vélo qui est enfin à la bonne taille, qui devient moins encombrant puisqu’il n’y a plus de petites roulettes, mais qui est toujours aussi lourd. Cette période peut durer plusieurs années (jusqu’à l’âge de 6 / 7 ans pour certains !)

 

draisienne à 19 mois

 

Draisienne contre vélo à petites roulettes : le match

 

En introduction, une simple réflexion :
Un vélo d’enfant classique à roulettes pèse environ 8 kilos, pour un enfant de 85/90 cm qui ne pèse pas plus de 15 kilos.
C’est comme si un adulte de 1,75m et 75 kilos faisait du vélo avec un engin de 40 kg.
Nous défions quiconque de s’amuser avec ça…

 

Les draisiennes les plus légères pèsent entre 3 et 4 kilos. On voit tout de suite pourquoi elles sont plus maniables !

Envisageons donc une autre méthode d’apprentissage du vélo, très répandue en Europe du Nord : la draisienne à la place du vélo à roulettes.

Pourquoi ? Quelle est le plus important à maitriser avec un deux roues ?

En premier lieu l’équilibre, puis la maîtrise de la trajectoire et de son allure, et enfin la propulsion.

 

C’est là qu’intervient la draisienne :
Dès 1 an et demi (suivant la taille du pilote), il est possible d’apprendre l’équilibre de façon ludique et en toute sécurité.

 

Commençons par la position.
Sur une draisienne, l’enfant a les pieds bien à plat au sol et ne se retrouve pas perché en hauteur sur un engin qui bascule de gauche à droite d’une roulette à l’autre.

 

Continuons avec le poids.
Un autre atout des draisiennes est leur poids (de 3 à 5 kg suivant le modèle), qui permet à l’enfant d’être autonome, de poser son vélo d’apprentissage où bon lui semble et de le relever sans peine.

 

Terminons avec l’ergonomie.
Egalement à l’avantage de la draisienne : son faible encombrement. Une draisienne peut être utilisée dans des lieux assez étroits et accidentés :
– pas de risque d’être bloqué dans un trou en équilibre, possibilité à l’enfant de tourner sur place (l’enfant comprendra vite qu’en soulevant légèrement la roue avant il pourra se dégager de n’importe quel coin)
– pas de risque de se prendre les pieds dans les roulettes ou les barres de liaison.
– peu de risque de blessure en cas de chute de la draisienne sur l’enfant, car elle ne basculera pas d’un coup comme pourrait le faire un vélo, et parce qu’elle est moins lourde.

 

Avec un vélo d’apprentissage, les enfants acquièrent rapidement une sensation d’autonomie qu’ils apprécient énormément.

Au vu de tous les éléments énoncés ci-dessus, la draisienne remporte le match haut la main !

 

draisienne à 4 ans ou 5 ans

Passez le mot !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *